Chaque année, Roland Garros est le tournoi de tennis le plus suivi dans l’Hexagone. Disputée du 28 mai au 11 juin prochain et véritable antre sacrée de la petite balle jaune sur terre battue, la quinzaine parisienne est chaque saison le théâtre d’émotions fortes, mais reste aussi et surtout une véritable machine à cash. Qui profite de ce système économique ? Quels sont les montants ? Le point.

Ce que gagnent les joueurs

Avant de profiter pleinement du nouveau Roland Garros l’an prochain – le site est actuellement en travaux de modernisation – les meilleurs joueuses et joueurs mondiaux se sont donc donné rendez-vous dès fin mai en France, pour tenter de décrocher le Graal sur terre battue. Si leurs quêtes principales resteront de déjouer les pronostics tennis pour détrôner Novak Djokovic et Garbine Muguruza, vainqueurs l’an dernier, les plus grands talents de la planète tennis viendront également tenter de repartir avec un joli chèque de la capitale française. Car ne vous y trompez pas, la quinzaine parisienne sait se montrer généreuse envers ceux qui feront vibrer les milliers de spectateurs cette année encore.

Au total, c’est un énorme pactole de 36 millions d’euros que se partageront les participants cette saison, soit 12% de plus que l’an dernier. Une évolution assez conséquente, qui est notamment due à la bonne forme financière du tournoi ces dernières saisons, et qui devrait suffire à en motiver plus d’un. Les vainqueurs, chez les hommes comme chez les femmes, se verront offrir ni plus ni moins de 2.1 millions d’euros chacun, quand les finalistes recevront eux un million d’euros tous ronds. Et pour les moins en réussite pas de panique, 35.000€ sont même prévus rien que pour une participation au premier tour, 60.000€ pour le second. Des sommes vertigineuses, qui placent RG devant l’Open d’Australie (34.1M€) et Wimbledon (29.1M€) en la matière, et qui le rapprochent encore un peu plus de l’US Open (42.7M€). Les joueurs, premiers vrais gagnants.

Roland Garros : Des droits TV en pleine expansion

Si les sportifs seront aussi bien récompensés, c’est en grande partie grâce aux montants que vont débourser France Télévision et Eurosport pour retransmettre les rencontres à la télévision. Cette saison, et jusqu’en 2020, les deux chaînes paieront à la FFT un montant global de 17.5 millions d’euros, soit deux de plus qu’il y a deux ans. A titre de comparaison, le Grand Chelem de Wimbledon se voit lui octroyer 30 millions d’euros, et l’US Open 60 millions d’euros. Un écart significatif existe donc entre les différentes quinzaines, mais cela reste pour la bonne cause, la Fédération Française de Tennis souhaitant permettre aux téléspectateurs de regarder un maximum de  rencontres gratuitement. Business toujours, mais pas au détriment du développement tennistique dans l’Hexagone. Important.

Le point sur le sponsoring à Roland Garros

Autre source de revenus pour le tournoi, les contrats de sponsoring. Cette saison, ce sont plus de vingt marques qui vont adosser leurs noms aux Internationaux de France, pour un montant dépassant les 60 millions d’euros. Une somme colossale, qui se répartit en divers seuils.

Les trois plus gros investissements viendront du parrain officiel, BNP Paribas et des partenaires dits Premium, Emirates et Peugeot. Viennent ensuite les cinq partenaires officiels – Engie, IBM, Lacoste, Longines et Perrier – puis enfin les treize fournisseurs officiels, moins visibles mais largement présents tout de même sur les courts, Accor Hotels, Adecco Group, Adidas, Babolat, JC Decaux, Lagardère, Lavazza, Mastercard, Orange, Potel Chabot, Rexona, Tropicana et Häagen-Dazs. Cette dernière, spécialisée dans les crèmes glacées, avait d’ailleurs décidé de marquer le coup l’an dernier en produisant une série limitée de glaces en forme de balle de tennis. Une façon parmi tant d’autres de rentabiliser sa présence aux abords de la Porte d’Auteuil, et qui devrait faire écho à de nouvelles trouvailles des différents services marketing cette année. On a hâte de les découvrir.

Un Merchandising efficace

Enfin, si l’on n’omettra pas les différentes dépenses de tourisme pour la ville de Paris – les visiteurs étrangers profitant souvent de la ville entière durant leur séjour à RG – comment ne pas parler du merchandising mené d’une main de maître par les services consacrés de Roland Garros ? Selon différentes sources, l’ensemble des produits dérivés vendus ont rapporté à eux seuls dix millions d’euros l’année dernière, des célèbres balles de tennis aux t-shirts en passant par les mugs et autres casquettes griffés du logo RG. Tout cela, combiné aux revenus d’hôtellerie et de restauration sur site, font de la compétition française l’une des plus lucratives en termes de revenus par rapport à la durée de l’événement en France. Une vraie réussite, surtout quand on connaît la concurrence des autres sports, et qui vient à conclure notre dossier d’une manière unanime : Roland Garros va très bien, merci pour lui !

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire